Comment conduire une voiture à transmission manuelle

Le prof de tennis d’une école secondaire m’a un jour avoué qu’il n’avait jamais conduit de voiture automatique. La raison ? Les voitures manuelles ne sont jamais monotones. Au début, j’ai pensé qu’il était fou, mais au fil des ans, je me suis habitué aux voitures manuelles et je me suis rendu compte qu’il avait raison. Aujourd’hui, lorsque je conduis la voiture automatique de mes parents, je cherche le contrôle manuel me manque. Si vous êtes juste entrain d’apprendre à conduire une voiture manuelle, vous devez penser que je n’ai pas toute ma tête, mais attendez quelques années, et vous comprendrez.

Des commandes différentes

Une troisième pédale ... Avec une voiture automatique, votre pied gauche n’est jamais sollicité. Une des principales différences entre la transmission manuelle et automatique est l'utilisation de votre jambe gauche pour l'embrayage (la pédale la plus à gauche). Cette jambe va donc devoir travailler !

Pas de changement de vitesse sans le levier de vitesses. Bien sûr, une autre grande différence dans les commandes de la voiture est le levier de vitesse. Il se trouve à la même place que le levier dans une automatique (celui qui ne sert qu’à enclencher la marche arrière, le mode parking ou le mode conduite). Ce levier comprend lui aussi un mode marche arrière mais le mode conduite est divisé en plusieurs vitesses, chacun représentant une gamme de vitesse. Il n’y a pas de mode parking cependant, car pour vous garer, il vous faut arrêter la voiture, vous mettre au point mort et resserrer le frein à main.

Les vitesses. 

La première
sert principalement au démarrage de votre voiture après un arrêt. Vous allez pouvoir l’utiliser jusqu’à entre 10 et 15 mph. Ensuite, il vous faudra passer la seconde, qui est plus versatile.

Vous  trouverez qu’en seconde, vous pourrez conduire soit très doucement, soit jusqu’à environ 25 mph. Dans les embouteillages, restez en seconde en mettant de la distance entre vous et la voiture de devant. Cela économisera vos freins.

Les vitesses plus élevées.
Les vitesses et leur utilisation varie légèrement de voiture à voiture. Une grande partie de votre conduite de ville sera effectuée en troisième vitesse (à moins que vous ne stoppiez à un feu rouge). Sur autoroute, passez les vitesses jusqu’à la plus élevée et restez à cette vitesse sauf si vous devez vous arrêter ou ralentir. 

Démarrer la voiture en première ou reculer. La peur de caler! Afin de déplacer votre voiture en utilisant la pédale d’accélération, vous devez d'abord passer par la première ou la marche arrière. Pour immobiliser la voiture, vous devez enfoncer votre pied sur la pédale d’embrayage.

Il vous faut maintenant trouver l’équilibre délicat entre les pédales d’accélération et d’embrayage. SI vous appuyez trop rapidement sur l’embrayage, vous risquez de caler (le moteur s’arrête et il vous faut rétablir le contact avec la clé). Si vous appuyez trop lentement et accélérez trop vite, vous faites tourner votre moteur à vide et bruyamment.

Ne vous découragez pas si vous calez souvent les premières fois. Même un habitué cale de temps en temps. Et ne vous inquiétez pas – plus vous pratiquerez, plus vous aurez l’habitude de trouver le point de friction sur l’embrayage, plus la conduite d’une voiture manuelle deviendra une seconde nature.

Accélération et déplacement en TPM. Vous voyez la petite jauge, à côté de celle des vitesses ? Ce sont les TPM (tours par minute). Ils peuvent vous guider pour savoir si vous devez passer en vitesse supérieure ou inférieure. Lorsque les TPM sont en « 3 » (cela signifie 3000 rotations), vous devez passer à la vitesse supérieure. Pour ce faire, enlevez votre pied de l'accélérateur (mais laissez-le juste au-dessus de la pédale). Avec votre pied gauche, appuyez sur la pédale d’embrayage jusqu’au bout et changez de vitesse avec le levier de votre main droite. Le changement effectué, relâchez la pédale d’embrayage et appuyez simultanément avec votre pied droit sur l’accélérateur. Allez doucement avec l’embrayage. Cette synchronisation des mouvements des pieds est sans doute la chose la plus délicate lors de l'apprentissage de la conduite manuelle.

Ralentir en rétrogradant. Ralentir est en revanche relativement facile. Vous devez encore appuyer sur l'embrayage pour passer une vitesse inférieure mais sans la chorégraphie de l'embrayage et de la pédale d’accélération que précédemment. Rétrograder ralentit votre voiture naturellement. Les gens freinent souvent comme cela, ce qui provoque une brève flambée de TPM ralentit la voiture. En règle générale, si votre TPM chute en dessous de la marque de 2, vous devez rétrograder afin de garder votre voiture sous contrôle.

Stopper. Vous pouvez soit mettre la voiture au point mort  (pour vous éviter de garder le pied sur l’embrayage) ou bien vous arrêter à n’importe quelle vitesse mais en gardant votre pied sur l’embrayage. On peut se mettre au point mort à partir de n’importe quelle vitesse. Mais si vous êtes sur l'autoroute et devez vous arrêter très vite, il n’est pas la peine de rétrograder. Il suffit d’appuyer sur la pédale d'embrayage et le frein en même temps. Lorsque vous commencer à bouger à nouveau, assurez-vous de passer en première et avancez comme précédemment.

Le point mort, l’ami des paresseux. Le point mort vous permet de dévaler des pentes sans utiliser l’embrayage. Vous pouvez freiner, bien entendu, et reposer votre jambe gauche de cette façon, mais vous devrez vous mettre à la bonne vitesse pour accélérer. Certains considèrent que le point mort pour descendre une colline est dangereux car vous êtres en roue libre. Mais moi j’aime bien ça.

Démarrages en côte. Lorsque vous commencez à apprendre à conduire une voiture manuelle, ne le faites pas sur une pente. Essayez de trouver un terrain plat. Les côtes sont en effet plus difficiles pour les débutants et peuvent vous mettre la pression. Si ce sont vos premières fois en tant que conducteur, vous serez nécessairement un peu lent et il y aura inévitablement un petit décalage entre le moment où vous relâchez le frein et celui où voiture commence à accélérer, tout cela en même temps que vous essayez de trouver le point de friction sur l’embrayage. Au cours de ce décalage, non seulement vous aurez peur de caler, mais vous aurez peur que la voiture ne parte vers l’arrière.  Une fois que vous serez plus à l'aise dans la gestion de l'embrayage, des pédales de frein et de l’accélération, vous n’aurez plus de problèmes et serez en mesure de maîtriser les démarrages en côtes.


Une dernière raison pour laquelle les voitures manuelles sont plus intéressantes que les automatiques est que vous connaissez votre voiture de manière plus intime avec une manuelle. Vous découvrirez que chaque voiture est légèrement différente, chacune avec ses défauts et ses bizarreries. Qui plus est, dans certaines parties du monde, une transmission manuelle risque d’être votre seule option. Si vous voyagez, il est encore temps d’apprendre. Avec un peu de pratique (dans les parkings vides ou les rues tranquilles), vous n’aurez plus peur d’utiliser ces voitures et vous en viendrez à partager les convictions de mon ancien prof de tennis. Et bien sûr, tout le monde vous prendra pour un fou…