D’où vient cette odeur céleste de gaufres dans la rue ? Ne pouvez-vous résister à la pizza, aux beignets, au barbecue ? Donneriez-vous votre bras droit pour ce steak-frites ? Ne mettriez-vous pas votre bague de mariage en gage pour déguster ces cookies ? Lorsqu’on met une pizza en face de vous, ne voius est –il pas impossible de refuser, même lorsque vous êtes déjà plein à craquer ? Si cela semble familier, vous souffrez peut-être de dépendance alimentaire.

La notion de dépendance alimentaire n’est pas souvent prise au sérieux. La plupart des gens considèrent que le mot «dépendance» ne s’applique qu’aux drogues dures, à l’alcool, à la nicotine ou aux amphétamines. Or, si l’on considère que la nourriture est inoffensive, cela veut dire que la dépendance n’est pas importante ou doit être ignorée. Or, cela est loin d’être le cas.

Comment fonctionne la dépendance

Les gens dépendants à la nourriture répondent à l’alimentation à peu près de la même la façon qu’un alcoolique répond à la bière. Le goût, l’odorat, la vue et même l’anticipation de la nourriture envoie de la dopamine vers le cerveau.
La bonne nouvelle ? Il est possible de déterminer quels aliments libèrent de la dopamine. La modération de ces «plaisirs coupables» doit alors être votre objectif. Vous débarrasser de ces aliments et les remplacer par des aliments plus sains vous permettra de ne plus en avoir envie.

Signes de la dépendance alimentaire

  • Vous mangez même si vous n’avez pas faim. Quand d’autres personnes mangent, le fait de manger, l’odeur des aliments préférés, un magazine ou un film où l’on mange, ou encore l’habitude de manger en regardant la télévision, sape votre résistance.
  • Vous savez que la nourriture est mauvaise pour vous, mais vous ne pouvez pas vous empêcher de manger.
  • Vos habitudes alimentaires conduisent à des sentiments de culpabilité.
  • Vous êtes en surpoids. Votre prise de conscience du problème conduit à développer des troubles alimentaires comme l’anorexie et la boulimie.
  • Vous mangez en secret, lorsque les autres ne peuvent pas vous voir. Vous vous sentez gêner de manger lorsque d’autres personnes consomment moins que vous.
  • Le stress et la tristesse vous poussent à consommer certains aliments. Vous recherchez le réconfort qu’ils vous apportent.

Consultez un médecin

Les conséquences à long terme de la dépendance alimentaire sont l’obésité, les troubles de l’alimentation et le diabète. Si vous ne voulez pas déclencher l’un ou l’autre, parlez avec votre médecin des solutions possibles.

Identifiez les aliments auxquels vous ne pouvez résister

Pour certains, ce sont les aliments sucrés. D’autres se jettent sur les pâtes ou les snacks pleins de carbohydrates. Certains ne peuvent s’empêcher de manger du fromage ou du chocolat. D’autres préfèrent les chips ou les frites. Identifier à quels aliments vous êtes dépendant est la première étape vers la guérison (après que vous avez identifié le problème).

Lentement, réduisez la quantité d’aliments déclencheurs

Les méthodes qui rayent simplement ces aliments de votre régime échouent habituellement de manière spectaculaire, vous laissant encore plus désireux de les consommer et vous faisant entrer dans des habitudes destructrices. Pour réussir, mieux vaut adopter une approche progressive. Lorsque vous sentez comme vous devez absolument manger tel aliment, mangez d’abord une petite portion de fruits ou de légumes avant de manger l’aliment déclencheur. A chaque fois, mangez un peu plus de nourriture saine et moins de votre aliment déclencheur. Finalement, votre cerveau associera l’envie de manger avec la nourriture saine et non votre déclencheur si bien que vous pourrez enlever votre déclencheur de votre régime sans privation.

Faites de l’exercice

Pour une personne dépendante à la nourriture, comme pour les autres dépendances, les aliments déclencheurs donnent du plaisir et un sentiment gratifiant. L’exercice fait de même ! Cela est donc doublement important pour une personne accro à quoi que ce soit. Non seulement, vous pourrez rester en forme et en bonne santé, mais vous pourrez aussi ne plus avoir envie de manger car le sport réduit l’appétit et vous vous sentez merveilleusement bien après une session. Inscrivez-vous dans une salle de gym ou mettez-vous à la course à pied dans un club pour connaître d’autres personnes qui partagent vos motivations.
Votre objectif doit être de manger de plus petites portions, plus fréquemment. Cela est plus facile à dire qu’à faire mais avec quelques efforts, vous pouvez certainement réussir! En réduisant votre consommation d’aliments déclencheurs et en les remplaçant par des aliments plus sains tout en faisant de l’exercice, vous donnerez à votre corps tout ce dont il a besoin. Votre médecin peut aussi vous donner des conseils diététiques. Si vous êtes inscrit dans une salle de gym, un coach peut également vous aider à déterminer la manière de reconstituer ce que vous avez perdu en faisant de l’exercice.

Avec un engagement progressif, vous verrez que vous vous libérerez petit à petit de votre dépendance alimentaire. Bientôt, l’odeur des fruits frais vous donnera autant envie de les manger que celle de la pizza d’autrefois !