Faire face à la mort est une des choses les plus difficiles dans la vie. Ce n’est probablement pas ce que vous avez l’habitude de voir sur ce genre de sites. Impossible de faire un article sur « la mort en 5 étapes ». Les gens et les circonstances des décès varient tellement. Pourtant, nous avons tous la certitude que nous mourrons un jour, ainsi que les êtres que nous aimons le plus.

J’ai perdu ma sœur en 1984 et mon père en 1989, tous les deux d’un cancer. Il a été très difficile de les laisser partir et ils me manquent terriblement. Mais 2004, l’année de la mort de mon frère, ainsi que de sept collègues de travail, a été la plus difficile. Personne ne peut faire grand-chose pour soulager la douleur ressentie après un décès mais les conseils suivants vous aideront peut-être dans votre deuil.

Certaines personnes ne savent pas quoi dire à une personne en deuil

Les gens réagissent différemment devant la mort. Certains parlent trop ou trop peu, ou disent des choses inappropriées. Parfois, lorsqu’un enfant meurt, certains essaient de réconforter les parents en leur disant qu’ils peuvent avoir un autre enfant. Bien sûr tous ceux qui ont perdu un enfant savent qu’il est irremplaçable. Les bien pensants disent aussi que la mort était la volonté de Dieu et que l’être aimé est maintenant près de lui. Cela est peut-être vrai mais ce n’est pas ce que vous avez envie d’entendre à ce moment-là. Essayez de ne pas trop vous offenser lorsque quelqu’un fait un commentaire qui vous paraît insensible.

Le deuil passe par plusieurs étapes

Les principales difficultés avec lesquelles les gens sont aux prises sont le déni, la colère et la solitude. Quand la mort est inattendue, la réaction habituelle est l’incrédulité. Lorsque vous connaissez quelqu’un qui va mourir, et que vous avez eu le temps de vous préparer mentalement à cela, vous êtes déjà passé par la phase de refus. Certaines personnes pensent que le fait de voir le corps les aidera à accepter la mort, alors que d’autres sont trop mal à l’aise pour le voir. Il est important d’être sensible aux sentiments des autres mais vous devez faire ce qui vous semble le mieux pour vous. Quelle que soit votre situation, la douleur provoque différentes émotions chez chacun et vous devez les reconnaître et les respecter.

Vous n’êtes pas seul dans cette épreuve

Même si vos amis et votre famille ne savent pas quoi dire ou quoi faire, ils ont généralement de bonnes intentions. Parfois, j’ai l’impression que, dans le monde d’aujourd’hui, nous ne portons pas assez d’attention aux grands événements de notre vie. On s’attend à ce que nous acceptions tout ce qui nous arrive pour mieux repartir ensuite. Nous sommes tous différents. Les réactions à la mort (et le bouleversement de la vie telle qu’elle était) varient selon les gens. Acceptez de l’aide lorsqu’on vous la propose mais ne laissez personne vous dire quand il est temps de passer à quelque chose d’autre. Vous êtes la seule personne qui sache vraiment comment vous vous sentez.

Il est normal d’être en colère contre Dieu

La mort secoue souvent la foi des croyants, même les plus fervents. Quand des gens bien souffrent d’horribles maladies ou meurent à un âge précoce, nous nous demandons pourquoi Dieu permet ces choses. Ce n’est pas le moment de débattre de cette question, mais d’accepter qu’il est acceptable d’avoir ces sentiments. Vous devez travailler sur le déni et la colère avant d’arriver à l’acceptation.

Si votre conjoint décède, ne faites pas de grands changements avant une année

Les experts disent que la première année après le décès est la plus difficile. Parce que vous passez par de nombreuses étapes, vous n’êtes pas émotionnellement apte à prendre des décisions très importantes. Si vous n’avez jamais eu de décès dans votre famille, vous ne savez pas combien cela prend de temps pour régler une succession, même pour un enfant ou une personne qui ne possédait rien. Ce ne sont pas des moments de heureux. Mon meilleur conseil serait de prendre mes choses un jour à la fois. Faites ce que vous avez à faire, mais essayez de ne pas faire de changements majeurs.

La mort entraîne parfois l’éloignement des familles plutôt que de leur rapprochement

Pendant la période de deuil, les membres de la famille ont les nerfs à fleur de peau. Certains se sentent maltraités, en colère ou inconsolables. Lorsque des décisions doivent être prises, tout le monde peut ne pas être d’accord. Les testaments sont parfois différents de ce que nous pensions et il se peut que les biens ne soient pas également répartis. Souvent, les familles perdent de vue les questions importantes et se concentrent sur leurs propres besoins. Les funérailles sont un bon moment pour revoir vos attentes. Vous connaissez votre famille, n’attendez pas d’elle ce qu’elle ne peut pas donner. Essayez de rester calme si des différends surviennent. Il est généralement impossible de satisfaire tout le monde.

Pensez d’abord à vous lorsque la mort frappe

Une fois que vous avez abordé le déni et la colère, la tristesse et la solitude commencent. Une personne avec laquelle vous avez passé beaucoup de temps n’est plus. Il est normal qu’elle vous manque et que vous souhaitiez que les choses soient différentes. Il est difficile de passer au-dessus de ce sentiment, de changer, de progresser. Au fil des semaines et des mois, vous allez vous sentir seul. Même si les autres peuvent vous aider, il y a des choses que vous ne pouvez faire que seul. La principale est de prendre soin de vous. C’est l’un des moments de la vie où il est parfaitement acceptable d’être un peu égoïste.

Lorsque vous êtes en deuil, n’hésitez pas à demander de l’aide

Parfois, la foi en Dieu, l’amour de la famille et le soutien des amis ne sont pas suffisants. Vous aurez peut-être besoin de voir votre curé, un psychologue ou un coach. Beaucoup de collectivités ont des groupes de soutien. Certaines personnes trouvent qu’écrire un journal ou des lettres aident à accepter le décès. Le but est de laisser aller tous les sentiments destructeurs. Tout le monde est différent et vous seul pouvez décider de ce qui est mieux pour vous. Je pense que lorsque vous perdez un être cher, l’objectif est de comprendre comment être heureux à nouveau tout en honorant la mémoire de celui qui est décédé. Faire face à la mort devient plus facile avec le temps. Finalement, vous atteindrez le point où vous commencerez à vous demander ce que vous pouvez apprendre de cette expérience. Il n’est pas toujours possible de se préparer à la mort, mais lorsque vous atteignez un certain âge, vous devez vous poser les bonnes questions. Avez-vous fait un testament? Quel type de services funéraires voulez-vous ? Est-ce que vous voulez être maintenu en vie à l’hôpital avec des machines ? La mort d’un autre est souvent l’occasion de réfléchir sur sa propre mort. Cela n’est pas facile, mais si vous ne prenez pas ces décisions, quelqu’un d’autre le fera pour vous. Parfois, vous entendez les gens dire: «Je m’en fiche, je ne serai plus là.” C’est égoïste. Il est assez dur de perdre quelqu’un, mais c’est encore plus difficile si il ou elle n’a rien fait pour s’y préparer. Vous pouvez décider de tout à l’avance, sauf de la date. Planifier votre départ sera plus facile pour ceux qui restent.