En effet, c'est l'un des modes de garde les plus répandus et appréciés, car il “prépare” l'enfant à entrer en structure. Quand vient l'heure de l'entrée en petite section, parents et enfants sont beaucoup plus sereins pour le plus grand plaisir de la maîtresse. Pourtant, seulement 13 % des enfants bénéficient des services de cette garde collective.

Comment décrocher le Saint Graal ?

C'est le gros point noir, vous n'avez pas encore accouché, mais vous savez déjà que pour faire garder votre petit, vous allez devoir affronter le parcours du combattant. Si vous désirez vraiment avoir recours au service d'une crèche, il faut vous y prendre bien à l'avance. Renseignez-vous auprès de la mairie le plus tôt possible pour connaître les délais d'attente et envisager à quel moment il faudra retirer votre dossier. Dans la plupart des cas, vous pouvez faire une pré-inscription que vous finaliserez grâce à un extrait d'acte de naissance une fois que votre enfant sera parmi nous. Prenez bien en compte les critères d'attribution qui diffèrent d'une commune à une autre, voire d'un arrondissement à un autre pour les plus grandes villes comme Paris ou Marseille.

Parents en détresse !

Vous êtes sur une liste d'attente plus longue que votre bras, ou encore la crèche n'a plus que des disponibilités ponctuelles qui ne correspondent pas à vos attentes. D'autres solutions sont envisageables, pour répondre à vos besoins. 

Au vu, des services toujours plus surchargés, vous pouvez faire appel à une micro crèche. Elle est gérée par la municipalité, une entreprise ou encore une association. Elle peut accueillir une dizaine d'enfants et fonctionne comme sa grande sœur, la crèche collective. 

La dernière solution, reste la crèche privée qui propose de nombreuses places en crèche à Rennes par exemple, car elle bénéficie de plusieurs structures au sein de la ville. Comme c'est le cas des organismes publics, le tarif en crèche est établi en fonction des revenus familiaux.